L’Avent n’est plus comme avant

L’Avent n’est plus comme avant!

Notre société fête largement Noël dès les premiers jours de décembre par des concerts, des partys en milieux de travail ou d’associations; les artistes nous sortent leurs CDs de Noël et nous chantent, en pleine société sécularisée, le mystère même de la Nativité : La plus belle nuit du monde, Il est né le divin Enfant, Sainte Nuit! On y vit le partage et la solidarité envers les plus démunis. L’Avent change ainsi de tonalité.

Finalement, je suis bien avec cette saison de Noël, et ce, durant tout le mois de décembre. Car l’Avent signifie l’avènement. Nous accueillons et célébrons dans la joie un avènement dans notre humanité qui en a tellement besoin : un Sauveur est né il y a plus de 2000 ans. Il est avec nous tous les jours depuis ce temps! J’aime en cette saison me rappeler les annonciations de sa venue dans le Nouveau testament. D’abord le jour de l’Annonciation de son Incarnation dans le sein de Marie, on y voit l’importance de notre coopération à humblement, nous aussi, l’accueillir et le servir.

Notre église Saint-Pierre-Apôtre étant sur la rue de la Visitation, j’aime y voir une deuxième annonce dans cette visite mariale: une joie bien incarnée ici dans les deux femmes et leurs enfants, annonce du fruit de l’accueil de ce Sauveur dans nos vies : la joie… le thème de fond des exhortations du pape François! L’annonce à Joseph nous montre l’importance de l’écoute et du respect du mystère du Fils de Dieu incarné. Et enfin, la grande annonciation faite aux bergers dans la nuit de Noël nous invite à la confiance (Ne craignez pas!) et à la louange, sachant que le Sauveur est là, dans la vie d’un petit couple, comme dans la vie de tout homme et de toute femme de bonne volonté. (Paix aux hommes et aux femmes de bonne volonté!). Dans toutes ces annonciations, il y a des gens qui bougent et passent à l’action. Marie, Elizabeth, Jean le baptiste, Joseph, les bergers… Ils vivent une foi en action, comme sera aussi la nôtre tout au long de cette saison joyeuse.

Bonne saison à nous qui connaissons la grande joie de la présence de Jésus-Sauveur dans notre chair et notre humanité et qui le servons au fil des saisons, dans une foi mise en pratique de mille façons. Que notre foi soit joyeuse et contagieuse et allons-y, fêtons plus largement encore que la société, et ce jusqu’à l’Épiphanie, le 6 janvier, car, c’est évidemment l’avènement qui va changer l’humanité, tout doucement, avec le temps! Là est toute notre attente et notre espérance.

Bon temps de l’Avent

Père Yoland Ouellet, o.m.i.